Call Us Today : +98-21-88718630 / +98-21-88720053

TRAVEL TO IRAN

FIND THE TOURS BY CITY


Ahwaz

Le mot Ahwaz est une forme persanisée de l'arabe « Ahwaz », qui à son tour, est dérivé d’un mot persan plus ancien. 
Ahwaz (Ahvaz) est la capitale de la province de Khuzestân, et sa plus grande ville. Cette ville du sud-ouest de l’Iran est située presque au centre de la province et aux abords du Kārun. Le fleuve Kārun est le plus long et seul cours d’eau navigable de l’Iran. 

Ahwaz (Ahvaz) a un important passé achéménide et sassanide. A l’époque achéménide, la voie royale reliant Suse à Persépolis passait par cette ville. Cité commerçante sous les dynasties omeyyade et abbassides. Au XV -ème s., sa ruine fut provoquée par l’effondrement d’un barrage construit à l’époque sassanide et sur les vestiges duquel un viaduc a été construit au XX -ème s. C’est une halte commode pour visiter le nord d’une province très riche en sites préislamiques. 

Suse « Susan » est l’une des plus anciennes villes de l’humanité. Suse est fondée vers 4000 av.J.-C. sur un point de passage qui relie la vallée du Tigre au Plateau iranien. 
Elle a connu les civilisations successives Elam, proto-élamite, élamite, achéménide, parthe, sassanide, et musulmane.la ville resta peuplée jusqu’au XVème s. et la petite ville de Shush qui se trouve à proximité, a pris sa continuité depuis XXème s. 
Les sites : 
Le Palais Apadana 
La Ziggurat Tchogha-Zanbil (site élamite) réunissait les cultes et les dieux de toutes les provinces du royaume. 
Le Tombeau du Prophète Daniel 
Le Musée de Shush. 

La partie la plus importante de la Suse antique est une zone d'environ cent hectares divisée en trois tells( tell : un terme archéologique qui désigne une site en forme de monticule), qui surplombe une petite rivière, la Chaour. 
La première est l'Acropole, la partie la plus élevée du site, sur laquelle se trouvait un fort achéménide, qui fut la première zone habitée de la ville, à l'époque élamite. 
La seconde est l'Apadana, salle d’audience royale caractéristiques de l’architecture des grands palais perses, que Darius Ier y construit au nord du palais sans doute sur les l’emplacement palatial des constructions élamites. 
La troisième partie la Ville royale se trouvait en contrebas à l’est de l’apadana , formée par les quartiers résidentiels de la cour et des fonctionnaires, dont l’occupation reste très ancienne. Ce grand ensemble est celui qui a été peuplé en premier, dès la fin du Ve millénaire. C'est là que se trouvait la Suse élamite. Il était ceinturé d'un glacis (talus incliné qui sert à masquer les approches et à rendre l’accés plus difficile) qui servait de système de défense . La ville s'est ensuite étendue vers l'est aux périodes plus tardives, dans la « ville des artisans », où se trouvait la ville à l'époque islamique. Les deux ensembles étaient séparés par un fossé, et par les eaux de la Chaour qui avaient été détournées. 


(la fameuse « frise des lions » en briques émaillées,ainsi que la « frise des archers » du site sont exposées au Louvre). 

Choqâ Zanbil ou Tchogha Zanbil, les vestiges de la ziggourat est l’un des rares monuments élamites qui ait résisté aux guerres et au temps. C’est également la mieux préservée et la plus grandes de toutes les ziggourats de la région mésopotamienne. Bien avant l'arrivée des Perses, les Élamites (2400 à 539 av.J.-C.) créèrent dans le sud-ouest de l'Iran l'une des premières civilisations du monde. Au XIIIe siècle av.J.-C., à l'apogée de leur pouvoir, la ziggourat massive de la ville de Dur Untash dominait le royaume. L'influence culturelle des Élamites continua à se faire sentir après leur absorption par la Perse. 
Le site se situe à approximativement 45 km au sud de Suse et à 60 km de Ahwaz. C'était un centre religieux du royaume élamite, fondé vers 1250 av. J.-C. par le roi Untash-Napirisha sur la route entre Anshan et Suse, qui a reçu son nom. 
L’ensemble de ces caractéristiques lui valut d’être inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. 


A quelques centaines de mètres du site de Suze se trouve le tombeau du prophète Daniel,(ârâmgâh-e Dânyâl) qui attire encore des pélerins. Il est reconnaissable à son dôme blanc en pain de sucre. 
Comme beaucoup de mausolées,l’intérieur de celui-ci est richement décoré. Elle est également restée dans les mémoires des européens par le livre d'Esther, dont l'histoire se déroule dans cette cité appelée aussi "Chouchan". 


Haft-Tapeh, en persan « les sept collines » à une vingtaine de km de Suse, est un site archéologique découvert en 1908 et dont les fouilles sont toujours menées. Il est identifié à la ville antique de Kabnak, une des principales villes de l'Élam antique. Les constructions de Haft Tapeh occupent en réalité plus d’une diziane de collines.les archéologues ont mis à jour : un temple avec une grande cour intérieure,deux chambres funéraires voutées,deux terrasses et les reste d’un palais,600 tablettes avec des textes, des statuettes d'argile de déesses de la fécondité. 



Bas-Reliefs dans la grotte du Roi Shâpur & Palais Bishapour : 
Bishâpour, ancienne cité sassanide est située au sud de la rivière « Châpour », à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville de Kâzeroun toutes deux portent des marques d’occupation élamite et parthe. Cette ancienne capitale sassanide de Shâpur 1er célèbre pour ses bas-reliefs et ses vestiges sassanide est en pleine nature, en retrait de la route qui relie Shiraz à Ahwaz. La ville ancienne est située dans le sud du district de Kāzerūn, province du Fars. Le site de Bishâpour est très attrayant : 
les bas-reliefs sont sculptés sur les falaises des gorges de la rivière Shâpur. Deux des six bas-reliefs se trouvent sur la rive gauche de la rivière, pour accéder aux autres reliefs, sur la rive droite il faut traverser le pont et emprunter le chemin tout au long de la rivière. Sur les hauteurs de la colline surplombant la rivière, on distingue à peine, les ruines de l’ancienne citadelle
En approchant de l’ancienne ville royale, on remarquera, les murs d’enceinte en pierre avec leurs tours semi-circulaires. Derrière, se trouve les vestiges d’un complexe palatial avec en contrebas, un temple dédié à la déesse Anâhita. Au centre, on y voit une place bordée de 64 niches abritant des décors de stuc sculpté et peint. A l’ouest, se tient une cour de mosaïques et à l’est une salle de réception aux 4 iwans, où l’on suppose que le toit était fermé par un dôme. Bishâpour est une ville unique de l’époque sassanide. 

Shustar (à ne pas confondre avec Shush, le nom moderne de Suse) est située sur une falaise surplombant le fleuve Kārun à une cinquantaine de kilomètres de Chôqa Zanbil. 
La ville mérite une visite, surtout pour son pont-barrage et ses moulins. Ces constructions, au style architectural rapelant celui des Romains, sont unique en Iran. Shustar est connue depuis les temps préislamiques pour ses ouvrages hydrauliques. Son système hydraulique a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.